• La femme puzzle

     

    La femme puzzle

     

    Cela fait longtemps que tu t'y colles, que tu peaufines les coins, puis les bordures, pour lui donner un cadre où tu penses qu'elle s'épanouira. Tu as cherché longtemps les pièces de même couleur, tu les as mises en tas dans un coin pour ne pas les perdre à nouveau parmi les autres. Celles couleur de chair, les plus douces à caresser; celles couleur de larmes, au goût trop salé; celles couleur de colère, à ignorer et à jeter pour les remplacer par celles couleur de soumission, ta couleur préférée, qui noie toutes les autres dans le gris uniforme de la tristesse.

    Tu as continué le travail, morceau après morceau, avec la méticulosité qui te caractérise si bien. Tu as rassemblé les éléments des bras, puis de la tête, et des jambes. Elle apparaissait enfin devant toi, nue sous tes doigts tremblants, malgré les espaces encore vierges entre les parcelles de son corps. Tu suivais la courbe d'un sein, l'ovale du visage, la douceur de sa chevelure. Elle, sans broncher, se laissait faire, déjà vaincue, encore partielle.

    Et enfin, un jour, ce fut terminé. Elle était là, devant toi, presque entière. Il n'y avait que ces fissures, ces presque riens de vide entre les bouts d'elle-même. Des traits en creux, des rayures sur sa vie que tu avais si soigneusement découpée au cutter quand elle était entrée dans la tienne. Confiante, elle s'était laissée guider à petits pas vers le précipice que tu lui destinais. Pas tout de suite, pas encore. Juste un pas après l'autre pour ne pas l'effaroucher, pour qu'elle ne fasse pas demi-tour. A chaque fois, tu lui coupais un petit bout de son esprit, tu le mettais dans une boîte hermétique et tu secouais bien fort pour tout mélanger, des fois qu'elle se rappellerait qui elle est avant l'acte final. Quand elle ne fut plus que fragments, tu ouvris la boîte et tu commenças à la remonter, pièce par pièce, mais à ta façon. Elle n'existait déjà plus que dans ton souvenir, mais elle ferait une si belle décoration sur le mur du salon...

    La femme morcelée, découpée, mutilée, écartelée. La femme recollée, bricolée, rafistolée, rapiécée. A-t-elle réussi à le tenir, son fil d'Ariane, sa ligne de vie? Pourra-t-elle se retricoter un cocon, un havre de paix où elle pourra se reconstruire peu à peu? Ou l'as-tu lacérée jusqu'à la moelle sans espoir de retour?

    La femme puzzle...

     

    Photo: Efelo Dream Factory


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :